Un peu de chimie pour éviter la confusion

Il existe aujourd’hui une confusion sur l’origine de la chloroquine. Il s’agit, en réalité, d’une molécule de synthèse qui est un dérivé de la quinine. S’ajoute alors une deuxième confusion sur l’origine naturelle de la quinine. Effectivement, la quinine est une molécule naturelle qui peut être extraite de l’écorce des espèces du genre Cinchona, communément appelé quinquina de la famille des Rubiacées. Attention, malgré son appellation commune « Quinine de Cayenne » (qui porte à confusion), le couachi (Quassia amara) fait partie du genre Quassia de la famille des Simaroubacées et n’est donc pas un quinquina. Ces plantes ne sont pas de la même famille et ne présentent donc pas la même composition phytochimique. Les quinquinas contiennent des alcaloïdes dont la quinine alors que le couachi est composé de quassinoïdes dont la quassine. Ainsi, la quinine n’a pas été identifiée dans le couachi.

Pour résumer, la chloroquine et l’hydroxychloroquine sont des molécules de synthèse que l’on ne retrouve pas dans le monde végétal. On ne peut donc pas directement associer les propriétés chimiques et biologiques de ces molécules de synthèse à la quinine naturelle. De plus, les structures moléculaires des quassinoïdes issus du couachi sont très différentes des alcaloïdes tels que la quinine, la chloroquine ou l’hydroxychloroquine. Rien ne permet de faire un quelconque lien entre les activités biologiques de chacune des molécules citées.

Pour finir, quelle que soit l’origine d’une molécule, naturelle ou synthétique, elle présente une toxicité qu’il est indispensable de connaitre et contrôler.

Dans sa mission éco-responsable, l’équipe de Bio Stratège tient à rappeler l’importance d’éviter toute pression sur une plante locale (collecte sauvage, arrachage, commerce illicite, etc.) afin d’éviter un impact négatif sur la régénération de l’espèce pouvant même conduire à sa disparition.

Sources :

Leave a comment