L’Atoumo, Alpinia zerumbet

Famille Zingiberaceae
Genre Alpinia
Espèce Alpinia zerumbet                         (Pers) B.L.Burtt & R.M.Sm

 

Noms vernaculaires

Créole : Atoumo, À-tous-maux

Portugais : Pacoseroca, Cuité-açu, pacova[1] et Colonia[2].

Autres : Gingembre coquille, Fleur coquillage, larmes de la vierge, fleur du paradis.

 

Origine

L’À-tous-maux (atoumo) de son nom scientifique Alpinia zerumbet, est une plante vivace rhizomateuse originaire de l’Asie orientale (Inde, Birmanie et Indochine). Il existe différentes variétés d’Alpinia zerumbet telles que tairin et shima qui se distinguent au niveau de leur profil chimique[7]. Aujourd’hui, elle est cultivée essentiellement dans les régions tropicales et subtropicales du monde[2].

Aire de distribution sur les territoires français

Figure 1. Aire de répartition de Alpinia zerumbet sur les territoires français. (Inventaire National du Patrimoine Naturel – INPN)

Introduite : Guyane, Réunion, Nouvelle-Calédonie et Polynésie française.

Introduite non établie (dont cultivée ou domestique) : Martinique, Guadeloupe et Mayotte.

Absente : Saint-Martin et Saint-Barthélémy.

Itinéraire technique en Guyane

L’À-tous-maux a été introduit en Guyane française par l’immigration, il est exclusivement cultivé par les particuliers en Guyane. Il n’existe pas à ce jour de filière consacrée à cette espèce.

Le prélèvement du rhizome (tige souterraine) ou de la racine n’influe pas sur la croissance de la plante. Pour exploiter les racines ou les rhizomes, il faut cultiver la plante pendant un an puis la couper et la mettre en culture de nouveau.

La récolte des feuilles et fleurs reste peu voire pas du tout impactant pour la plante. En effet, cette récolte peut se faire tout au long de l’année. Une plante d’à tous-maux produit l’équivalent de plusieurs dizaines de kilogrammes de feuilles et une centaine de grammes de fleurs par an[3].

Usages traditionnels

Au Brésil elle est très utilisée pour traiter de nombreuses maladies y compris l’hypertension, les maux de tête, les sinusites et les rhumatismes[4]. En Martinique et en Guyane, Alpinia zerumbet est utilisé en traitement contre la grippe[1]. Le principal atout de l’atoumo est qu’elle est riche en huiles essentielles germicides et en anti-oxydants[5].

Les parties aériennes : elles sont utilisées en décoction pour traiter la grippe.

Les feuilles : une infusion à base de ses feuilles est fréquemment utilisée comme antihypertenseur diurétique et contre la fièvres produite par le paludisme[6]. Les feuilles sont également utilisées en décoction pour lutter contre les maladies de la peau et les maux de tête[6].

La fleur : elle est également utilisée en décoction, elle permet de soulager les bronchites. En préparation dans le rhum elle a un effet diurétique[6]. Les locaux préparent un sirop à base de fleurs favorisant l’amélioration de l’état grippal, la digestion et l’équilibre de la tension artérielle.

La racine : la préparation d’une décoction à partir de la racine a des effets diurétiques et permet également de lutter contre les fièvres tenaces[5].

Propriétés chimiques et biologiques reconnues 

PARTIE DE PLANTES TYPE D’EXTRAITS     MÉTABOLITES SECONDAIRES PROPRIÉTÉS BIOLOGIQUES RECONNUES
Familles chimiques principales Molécules identifiées

Fleurs

Huile essentielle Monoterpènes  

4-terpinéol, 1,8-cinéole,

γ-terpinolène,

Sabinène,

Viridiflorol,

Oxyde de caryophyllène[6]

Insecticide,

antimicrobien[1],

antiplasmodiale[6]

Feuilles

Huiles essentielle[7] Monoterpènes

Sesquiterpènes[7]

Tairin :

γ-terpinène,

Cinéole,

p-cymène,

Sabinène,

Terpinène-4-ol,

Oxyde de caryophyllène,

Cinnamate de méthyle,

Caryophyllène,

γterpinéol

Shima :

Cinéole,

β-linalool,

Oxyde de caryophyllène,

Cinnamate de méthyle,

Benzylacétone,

αterpinéol[7]

Camphre,

Hydrate de trans-sabinène,

1,8-cinéole[4]

Anti-oxydant, anti-âge, antimélanogénique[7], antihypertenseur[4]
Extrait méthanolique [8] Flavonoïdes

Dérivés benzoïques et cinnamiques[8]

(37 composés)

Aglycones,

Rutine,

Kaempférol-3-O-glucuronide[8]

Anti-oxydant, anti-inflammatoire, anti-nociceptif, antipyrétique[8], activité hypotensive, diurétique et antiulcérogène[9]
Flavonoïdes

Lactones[8]

Cardarmomine,

Alpinétine[1]

Dihydro-5,6-dehydrokavaïne,

5,6-dehydrokavaïne[8]

 Antiulcérogène et antithrombotique[9]

 

Rhizomes

Huile essentielle[8] Monoterpènes et lactones[8] Dihydro-5,6-dehydrokavaïne,

Labdadiène,

5,6-dehydrokavaïne,

Cinnamate de méthyle[8]

Anti-oxydant[10]

Racines

Extrait éthanolique Lactones[1] Kavaïnes,

Dehydro-kavaïne[1]

Antibactérien[1]

Toxicité

La plupart des études de toxicité de l’à-tous-maux se concentrent en majorité sur ses feuilles. Des chercheurs ont évalué la toxicité de l’huile essentielle des feuilles de l’à-tous-maux. Les résultats des essais montrent l’absence de dommages sur l’ADN et de même, aucun effet mutagénique n’a été observé sur les leucocytes humains en culture (aux concentrations de 50 à 300 µg/ mL) ou sur les souris (à la dose de 400 mg/Kg)[11].

Afin d’évaluer l’effet hypotenseur de l’à-tous-maux, un extrait hydroalcoolique a été préparé à partir de ses feuilles puis a été administré à 22 patients qui présentaient des symptômes d’hypertension variables (de légers à modérés avec ou sans maux de tête). Des capsules de 250 mg d’extrait ont été données quotidiennement à 13 patients. 8 patients ont pris 2 capsules et 1 patient a ingéré quotidiennement 6 capsules. Après 6 semaines de traitement, les résultats ont révélé une absence de toxicité pour l’ensemble des patients[12].

Anecdote

Alpinia zerumbet est appelée à-tous-maux, contracté en « atoumo » par les créoles car elle est reconnue pour être le remède à tous les maux du quotidien. « L’atoumo contre tous les maux : de tête, de gorge, d’intestin ! »

 

Sources bibliographiques

[1] Cristiane P. Victório.(2011). Therapeutic value of the genus Alpinia, Zingiberaceae. Revista Brasileira de Farmacognosia 21(1):194-201.

[2] F.V.S.de Araújo Pinho A.N.Coelho-de-Souza ,S.M.Morais, C.Ferreira Santos, J.H.Leal-Cardoso.(2005). Antinociceptive effects of the essential oil of Alpinia zerumbet on mice. Elsevier. Phytomedicine. Volume 12, Issues 6–7, Pages 482-486.

[3] Pierre Silland, Expert botaniste

[4] Barcelos, F. F. ;  Oliveira, M. L. ; Giovaninni, N. P. B. ; Lins, T. P. ; Filomeno, C. A. ; Schneider, S. Z. ; Pinto, V. D. ; Endringer, D. C. ; Andrade, T. U.(2010). Phytochemistry and cardiovascular biological activity of the essential oil from leaves of Alpinia zerumbet (Pers.) B.L. Burtt & R.M.Sm. in rats. Revista Brasileira de Plantas Medicinais. 12(1):48-56.

[5] AGARTA –  La Santé Caraïbe – ATOUMO

[6] Mendiola, J.; Pino, J.A.; Fernández-Calienes, A.; Mendoza, D.; Herrera, P.(2015).Chemical composition and in vitro antiplasmodial activity of essential oils of leaves and flowers of alpinia zerumbet grown in cuba. Pharmacologyonline. 2:1-5

[7] Pham Thi Be Tu and Shinkichi Tawata (2015). Anti-Oxidant, Anti-Aging, and Anti-Melanogenic Properties of the Essential Oils from Two Varieties of Alpinia zerumbet. Molecules. 20, 16723-16740.

[8] Mosad A. Ghareeb, Mansour Sobeh , Samar Rezq, Assem M. El-Shazly, Mona F. Mahmoud and MichaelWink. (2018). HPLC-ESI-MS/MS Profiling of Polyphenolics of Leaf  extract from Alpinia zerumbet (Zingiberaceae)and Its Anti-Inflammatory, Anti-Nociceptive, and Antipyretic Activities In Vivo. Molecules. 23(12): 3238.

[9] M. A. Mpalantinos R. Soares de Moura J. P. Parente R. M. Kuster (2018). Biologically active flavonoids and kava pyrones from the aqueous extract of Alpinia zerumbet. Volume 12, Issue 6 September 1998. Pages 442-444.

[10] Jamnian Chompoo, Atul Upadhyay, Masakazu Fukuta & Shinkichi Tawata.(2012). Effect of Alpinia zerumbet components on antioxidant and skin diseases-related enzymes. BMC Complement Altern Med. 2012; 12: 106.

[11] Bruno C. Cavalcanti , José R.O. Ferreira, Igor O. Cabral, Hemerson I.F. Magalhães, Cecília C. de Oliveira, Felipe A.R. Rodrigues, Danilo D. Rocha, Francisco W.A. Barros, Cecília R. da Silva, Hélio V.N. Júnior, Kirley M. Canuto, Edilberto R. Silveira , Cláudia Pessoa, Manoel O. Moraes. (2012). Genetic toxicology evaluation of essential oil of Alpinia zerumbet and its chemoprotective effects against H2O2-induced DNA damage in cultured human leukocytes. Food and Chemical Toxicology. 50, 4051–4061.

[12] Eric Wei Chiang Chan , Siu Kuin Wong , Hung Tuck Chan. (2017). Alpinia zerumbet, a ginger plant with a multitude of medicinal properties: An update on its research findings. J. Chin. Pharm. Sci. 26 (11), 775–788.